Les avantages de l’impression 3D pour la production de pièces plastiques

impression 3D

L’impression 3D a été inventée par des spécialistes pour accélérer la production des pièces en plastiques à moindre cout. La manipulation de cette fabrication additive parait compliquée surtout pour les amateurs. En revanche, l’existence de plusieurs techniques de prototypage pourrait faciliter la conception d’un objet.

Les avantages d’utiliser une imprimante 3D pour fabriquer des pièces en plastique

L’impression 3D diffère des autres méthodes anciennes, comme l’usinage et l’injection plastique. La première consiste à façonner la matière à l’aide d’un ou plusieurs outils mécaniques pour lui donner la forme voulue. Pour la deuxième, dans un moule, souvent en métal, la matière en plastique est mise par injection. Il suit ensuite la forme du moule et devient l’objet souhaité, quand il se refroidit.

La fabrication additive en seulement moins de dix jours, la conception des pièces plastiques peut se terminer facilement, même les plus complexes, contrairement à la fabrication ancienne qui met plusieurs mois pour terminer un objet. Il faut savoir que cette dernière coute cher. Pour l’impression en 3D, plusieurs modifications peuvent se réaliser pendant la conception jusqu’à ce qu’on soit satisfait du résultat. Enfin, cette nouvelle mode d’impression assure un développement durable étant donné que le gaspillage n’existe pas. Visitez ce site pour en savoir plus : https://www.silex3dprint.fr.

Les différents procédés d’impression des pièces en plastique 3D

Il existe trois manières d’effectuer la fabrication additive. En premier lieu, le « stéréolithographie », une technique ancienne qui offre des résultats de qualités exceptionnels. Elle est aussi connue sous le nom de Stereolitograph apparats ou le SLA. Cette technique consiste à manier des résines fondues pour concevoir le modèle. Après le passage d’un laser ultraviolet, couche après couche, les matières se solidifient. C’est le principe de « photolymérisation ».

En second lieu, la technique de frittage laser ou SLS (Selective Laser Sintering) consiste à employer de la matière en poudre, pour ensuite l’assembler grâce à la chaleur du laser. L’utilisation de ce procédé n’a pas besoin d’un séchage après sa fabrication. En revanche, la déformation rapide de la pièce peut se passer. Le polyjet, la troisième technique d’impression 3D, des résultats lisses et précis sont assurés grâce aux méthodes de résine liquide, mais de goutte-à-goutte.

Imprimer par soi-même des pièces en version 3D ou faire appel à un expert ?

Pour imprimer soi-même des pièces en 3D, il faut d’abord acheter une imprimante 3D et savoir comment cela fonctionne. Lors de sa livraison, la machine est accompagnée d’un guide d’utilisation qui révèle son fonctionnement de A à Z. Puis, la création d’un modèle 3D existe pour ceux qui ne savent pas dessiner eux-mêmes l’image. Téléchargez un logiciel 3D gratuit. Définir la technique de prototypage se place à la dernière étape.

En revanche, se faire aider par un expert facilite beaucoup la tâche. Le résultat sera de meilleure qualité. Sachez qu’engager une société d’impression en 3D permet d’économiser du temps et de l’argent. Évitez de vous casser la tête pour savoir le fonctionnement de l’impression 3D et tout ce qui va avec. Au lieu d’acheter une imprimante, dépensez cet argent aux biens et aux plaisirs.

 

Comment choisir les vannes industrielles adaptées à votre entreprise ?
Comment l’industrie automobile utilise t’elle le thermoformage ?